L'auteur et son œuvre | Singularités

1 / 2

« Il aime. On l’aime. Il ne court donc point à sa perte ». Préface de Jean Cocteau (rédigée en 1944) pour une réédition de l’Histoire du chevalier Desgrieux et de Manon Lescaut de l’abbé Prévost (Stock, Paris, 1947), ici en préoriginale dans  La Revue de Paris, n° 10, octobre 1947.

Le Grand Écart, Thomas l’imposteur, Les Enfants terribles : les principaux romans de Cocteau ont pour jeunes héros des « enfants », des cœurs purs qui gardent en grandissant la fraîcheur, la naïveté et le sens du merveilleux de l’enfance, jusque dans les situations les plus troubles ou horribles.
Manon Lescaut, c’est encore une histoire de cœur pur, passé ici au feu de l’amour. L’empreinte du petit roman de l’abbé Prévost est présente dans Le Grand Écart, cette étude du genre romanesque : Germaine est de la famille de Manon comme Jacques Forestier de celle du chevalier des Grieux.